RUE PEIRESC.

 

N a donné à cette rue, en 1811, le nom d'un des plus savants hommes de son temps, dont la maison d'habitation était située dans la rue de la Trésorerie, à peu près sur l'emplacement qu'occupe aujourd'hui celle dont nous parlons. Nicolas Claude Fabry de Peiresc, conseiller au parlement, était né le 1er décembre 1580, au château de Beaugencier, où sa famille s'était réfugiée pendant la peste qui désolait alors la ville d'Aix. L'Europe entière sait qu'il fut le mécène et l'ami des savants et des gens de lettres ses contemporains ; son éloge est partout. Aussi n'en parlerons-nous que pour relever une erreur que Gassendi n'eût pas commise, mais qui parait s'accréditer de nos jours. Quelques auteurs rapportent que Peiresc fut un des juges qui condamnèrent Louis Gaufridi (et non Gaufredy), prêtre, bénéficier de l'église des Accoules de Marseille, à être brûlé vif, comme sorcier et magicien, ce qui fut exécuté sur la place des Prêcheurs, à Aix, le 30 avril 1611.
Ce fameux arrêt de condamnation a été imprimé plusieurs fois et jamais on n'a mentionné dans ces copies les noms des membres du parlement d'Aix qui l'ont rendu. Les historiens gardent le même silence à cet égard, et la minute de l'arrêt peut seule éclaircir ce point de fait. Or, cette minute existe encore aujourd'hui dans les registres du parlement, déposés aux archives du greffe de la Cour royale d'Aix, où chacun peut la consulter. On y lit les noms des quatorze juges qui siégèrent dans cette affaire. " Présents, y est-il dit, M. Duvair, premier président ; MM. L. Chaine et. L. Coriolis, présidents ; MM. B. Bermond, C. Arnaud, A. Esmenjaud, H. Chailan, P. Puget, H. de Saint-Marc, .J-L. Laidet, A. Seguiran, A. Thoron, J. Antelmy et J-P. Olivier, rapporteur. " Celui-ci et le premier président Duvair ont seuls signé l'arrêt, suivant la règle alors établie et pratiquée jusqu'à la révolution ; car ce n'est que depuis cette époque que tous les juges signent la minute des arrêts rendus en matière criminelle. La loi nouvelle leur en fait un devoir, quelle qu'ait été leur opinion dans la discussion. Nous croyons donc pouvoir affirmer hautement que l'illustre Peiresc n'a point concouru à la condamnation de Gaufridi. Nous remarquerons, en finissant, qu'il ne signait jamais de ce nom comme magistrat. Les arrêts rendus dans les procès dont il était rapporteur et qui se trouvent dans les registres, portent seulement cette signature : N.-C. Fabry. Cette circonstance, jointe à celle que le président et le rapporteur signaient seuls la minute des arrêts, suffirait pour démontrer que la prétendue signature Fabry de Peiresc, apposée, suivant un auteur moderne, 1 au bas de l'arrêt Gaufridi, est apocryphe. Mais, encore une fois, Peiresc n'a pas été juge dans cette affaire et n'a pas été dans le cas de donner légalement son avis. Il est donc souverainement injuste de l'accuser, deux cents ans après sa mort, d'avoir eu la faiblesse de croire aux sorciers. Le grand Peiresc mourut à Aix le 24 juin 1637, dans sa cinquante-septième année, et fut enseveli dans l'église des Dominicains où se trouvait le tombeau de sa famille, laissant après lui une immense réputation que ses travaux lui avaient acquise. 2


1 Notice sur Gaufredy, bénéficier de l'église des Accoules de Marseille, etc., dans les numéros du Mémorial d'Aix, des 9 et 16 décembre 1837. Retour

2 Voyez sur Peiresc sa vie écrite en latin par Gassendi ; la traduction française et en abrégé de cette vie, par Requier ; son éloge, par Lemontey ; autre, par Paris; tous les dictionnaires biographiques, notamment la Biographie universelle de Michaud, tome XXXIII, pag. 254 et suiv., etc. Retour